Chercheuse2018-09-15T10:50:35+09:00

Je cherche des éclairages, des angles de vue, comme un photographe qui tourne autour de son sujet.

Mon sujet, c’est l’âme, ce souffle en nous qui exprime notre richesse intérieure et nous dépasse.

Mon sujet, c’est le corps, vaisseau de voyage de notre âme, forge où s’alchimisent nos émotions et nos aspirations.

Mon sujet, c’est la Terre, son caractère sacré, son épuisement en miroir du nôtre, et mon espoir d’une guérison réciproque.

Mon sujet, c’est la vie, la joie, la gratitude, l’émerveillement. C’est aussi la mort, la perte, la peine, l’angoisse, le désespoir, le lâcher-prise.

Ma recherche

Dès l’enfance, j’ai aimé comprendre, apprendre, interroger, explorer, pousser des portes. Ma curiosité d’alors nourrissait mon plaisir de connaissances nouvelles, tous azimuts : maths, sciences, langues, littérature, philosophie.

J’ai eu la double chance d’avoir des profs passionnés et passionnants et de fréquenter une école au milieu des champs et des bois, de pouvoir y faire mes devoirs au pied des chênes, y laisser monter mes inspirations, mes aspirations…

Jeune adulte, j’ai exploré le monde plus intangible des traditions, des croyances et des mythes, des émotions et des relations. J’avais besoin de (me) comprendre et de donner sens à mes fluctuations internes. J’ai pleuré, ri, frissonné. J’ai écumé les librairies, les stages et les voyages de « développement personnel ». J’ai appris à accueillir mes émotions même les plus pénibles et à les laisser me traverser, comme la foudre glisse le long du paratonnerre et s’écoule dans la terre sans faire de dégâts.

J’ai aussi découvert la richesse de l’expérience somatique, les sensations et les ressentis corporels qui n’ont pas besoin d’être nommés et qui ancrent dans la réalité : respirer, marcher, jardiner, sculpter. J’ai appris à me rendre attentive à la Sagesse qui s’exprime à travers la Nature et le monde créé, à prendre le temps de me poser pour écouter. L’expérience de la vie entre en moi par les cinq sens, la proprioception et l’interoception, mon mental se repose, mon système nerveux s’apaise et moi je souris.

Enfin, ma soif de connaître l’inconnu m’a conduite à frapper aux portes de l’inconnaissable : l’expérience de la proximité avec les mourants, la rencontre avec l’inconscient créateur (que CG Jung appelait l’inconscient collectif). Je me suis initiée aux rites de passage des traditions ancestrales des shamans d’Amazonie et d’ailleurs. Je me suis ouverte au Sacré à travers les états modifiés de conscience ritualisés …et, de manière inattendue, ai retrouvé mes racines chrétiennes. J’ai appris à rester en contemplation devant les mystères sans essayer de les percer, mais en éprouvant la gratitude qu’appellent les cadeaux reçus.

Aujourd’hui, j’expérimente chaque jour combien le psychologique, le somatique et le spirituel tressent ensemble la Vie.

Mon parcours

Ma soif de découvertes s’est traduite par un parcours de vie tout en zigzags, traçant un chemin en apparence erratique mais dont la cohérence m’est progressivement apparue.

J’ai vécu le doute, l’incertitude et l’insécurité. J’ai donné ma démission plusieurs fois, généralement sans savoir quelle serait l’étape suivante mais en la reconnaissant lorsqu’elle se présentait à moi. J’ai constitué une société (Atmavictu sprl) pour être libre de mes cheminements.

Cela me vaut un CV long comme un parchemin, riche d’études, formations et initiations diverses : avocat, consultante en gestion sous ses formes les plus diverses, executive coach, psychologue en milieu psychiatrique, analyste jungienne, apprentie en traditions ancestrales, sculpteur amateur passionnée… Et demain, qui sait ?

L’accumulation de compétences et l’excellence n’ont jamais été un but. J’ai plutôt été guidée par la remise en question du familier et l’ouverture de perspectives nouvelles, l’étonnement et en fin de compte l’émerveillement et la gratitude.

La vie est un diamant aux facettes infinies.